fbpx

Les conseils des psychologues de l’IFS pour promouvoir des comportements positifs malgré le COVID-19

jeudi, 02 avril 2020

Les psychologues de l’International French School (Singapore) donnent des conseils aux parents pour soutenir leurs enfants dans le cadre du COVID-19

La pandémie de COVID-19 est désormais présente dans le réel et l’imaginaire des enfants et des adolescents comme dans ceux des parents. Il ne fait aucun doute que cette époque sans précédent et les incertitudes qui y sont associées peuvent menacer notre sentiment de sécurité et de contrôle. Il est normal que le niveau de préoccupation de chacun ait augmenté.

Dans ce nouveau contexte, nos routines ont été immanquablement affectées. Les nouvelles injonctions des règles d’hygiène, les restrictions de déplacements et de voyages, l’inquiétude quant aux bouleversements professionnels et économiques qui en découlent, sont autant de mesures susceptibles de majorer les inquiétudes et les angoisses.

Alors comment accompagner au mieux nos enfants et nos adolescents à traverser cette période ? Comment trouver les mots justes sans dramatiser ni minimiser ?Quels écueils éviter pour ne pas se laisser déborder émotionnellement et psychiquement ?

RECONNAÎTRE LES PEURS DE SON ENFANT

Il est essentiel d’écouter votre enfant et lui permettre de verbaliser ses craintes. Compte-tenu de l’attention médiatique généralisée sur le contexte sanitaire, des conversations d’adultes autour d’évènements inquiétants, il est compréhensible que l’enfant s’inquiète de ce qui se passe et de l’impact que cela pourrait avoir sur sa vie et sur sa famille.

Il est parfois naturel de chercher à minimiser les peurs de son enfant. Contrairement à la question du loup ou du monstre sous le lit, nous ne pouvons pas faire abstraction de la réalité et du fondement de ses craintes. Il s’agit plutôt de les reconnaître et de les accepter afin de pouvoir les normaliser. Votre rôle est ici d’aider votre enfant à contenir ses peurs en l’aidant à se projeter dans un futur où les choses reviendront à la normale.

 

RÉPONDRE AUX QUESTIONS

Le point essentiel est d’éviter de projeter sur votre enfant des idées qu’il n’a pas. Pour cela, il s’agit de partir de ses propres perceptions, ce qu’il en a compris, ce qu’il en a retenu, et ce qu’il en pense afin de pouvoir lui apporter une réponse [qui lui soit] adaptée. Cela vous permettra de rester au plus près de ses préoccupations et d’apporter quelques « corrections » le cas échéant. Certains enfants peuvent faire des liens erronés et/ou comprendre les choses de façon inappropriée.

  • Répondre  aux  questions  calmement  et  honnêtement  avec  des messages simples et un vocabulaire adapté à l’âge et la maturité de l’enfant.
  • Donner des informations qui relatent des faits justes (ne spéculez pas).
  • Éviter de focaliser sur des informations anxiogènes.
  • Expliquer les mesures mises en place et les légitimer en leur donnant du sens
  • Privilégier une communication neutre, ni trop optimiste ni trop pessimiste
  • Si le sujet est abordé au cours d’un moment réunissant des enfants d’âges différents, privilégier les plus petits et prenez le temps d’échanger à part avec les plus

Soyez vigilants! Restez à l’écoute de vos adolescents en les aidant à développer leur esprit critique face au flot informations diffusées par le biais des différents médias ou autres (réseaux sociaux, rumeurs, « fake news ») .

UNE PHASE EXCEPTIONNELLE / DES PERSPECTIVES : Il est important d’expliquer aux plus jeunes que la situation actuelle n’est qu’une phase, une période avec un début et qui aura un jour une fin. En effet, celle-ci sera un jour amenée à s’arrêter et le quotidien reviendra à la normale.

 

RESTER EN LIEN AVEC SA FAMILLE / SES AMI(E)S

Dans ce contexte exceptionnel, des mesures de restrictions de déplacements ont été mises en place et certains voyages permettant des retrouvailles familiales ne pourront se faire. Pour les plus petits, la sphère familiale est importante et peut rapidement être infiltrée d’angoisse et d’inquiétude («Est-ce que papa/maman vont continuer à voyager ?» ; « Comment vont Papy et Mamie ? »).

Il est également important pour certains enfants mais surtout pour les adolescents de maintenir un certain niveau de contact avec leurs amis. Les outils d’appel vidéo comme Webex, Zoom, Facetime, Whatsapp ou Skype peuvent alors constituer une alternative aux contacts en face à face et devenir une solution.

 

DÉFIANCE DES ADOLESCENTS

La difficulté pour les adolescents sera d’accepter les différentes injonctions liées à la situation (hygiène, distanciation sociale, regroupement limité) et, de trouver un équilibre entre ces dernières et leur désir d’indépendance et d’affirmation de soi.

Délicate tâche qui vous revient à vous parents ! Profitez-en pour dynamiser le dialogue et cibler cette question essentielle de la responsabilité civique et morale.

 

NÉCESSITÉ D’UNE ROUTINE

Le cadre et les routines familiales ont sans doute déjà été affectés par les mesures imposées par les différentes institutions (écoles, entreprises, gouvernement, ambassades). Le maintien de certaines habitudes, l’introduction de nouvelles routines aideront alors les enfants et les adolescents à trouver du confort, de l’aisance et un sentiment de sécurité à la maison. Tout nouveau cadre nécessite d’être explicité afin que les enfants puissent se l’approprier et s’inscrire dans une dynamique de stabilité.

PRENEZ SOIN DE VOUS EN TANT QUE PARENTS

L’anxiété se transmet ! Préservez-vous en tant qu’adultes afin d’accompagner vos enfants le plus sereinement possible.

 

 

 

Les psychologues restent disponibles par email et video/appel afin d’échanger avec les parents & les élèves.

Primaire
Carole Rouviere
[email protected]
+65.68.05.01.13

Secondaire
Cathy Mang
[email protected]
+65.68.05.01.09